Travailler dans l’incertitude (2)

Dans mon précédent article, je vous ai invité à lire ici l’article d’Alain Duluc : « 13 attitudes à adopter au travail dans une période d’incertitude ». Aujourd’hui, je vous propose de réfléchir à la deuxième attitude qu’il propose : relativisez, concentrez-vous sur l’essentiel.

Je vous entends déjà : « Facile à dire !  » Voici deux pistes de réflexion très concrètes qui pourront vous aider.

Tout d’abord, je vous propose de faire un tri rapide entre ce sur quoi vous avez de l’influence, ce qui est à votre main, sous votre contrôle, et ce sur quoi vous n’avez pas d’influence. Et je vous invite à vous concentrez sur ce que VOUS pouvez faire. Par exemple : je n’ai pas d’influence sur la décision du Préfet de fermer les bars, en cette période de Covid; en revanche j’ai de l’influence sur la façon dont je respecte les gestes barrière. Je n’ai pas d’influence sur ce que ressentent les gens, car leurs émotions leur appartiennent ; en revanche, j’ai de l’influence sur mon choix de faire du sport ou de ne pas en faire, sur la façon dont je parle aux gens et dont j’exprime mes propres émotions, etc. Prenez quelques minutes, au calme, pour faire le tri : qu’est-ce qui est sous votre influence, et qu’est-ce qui n’y est pas ? et décidez de ne pas vous tracasser avec les choses auxquelles vous ne pouvez rien ! votre niveau de stress en sera fortement diminué.

Pour aller plus loin, je vous invite à réfléchir à ce qui est essentiel pour vous, en d’autres mots : quelles sont vos valeurs ? Pour cela, choisissez trois ou quatre moments récents de votre vie, dans des contextes différents, des moments dans lesquels vous avez éprouvé une émotion assez forte : joie, colère, tristesse, angoisse, peur… Prenez le temps de repenser à chacun de ces moments, et pour chacun, posez-vous la question : dans ce moment-là, quand j’éprouvais cette émotion, qu’est-ce qui était important pour moi ? Petit à petit, vous allez mettre des mots sur cers choses importantes, qui peuvent être très diverses. Par exemple, si vous vous êtes mis en colère au bureau parce que votre patron était très en retard, vous découvrirez peut-être que la valeur qui est en jeu dans cette situation pour vous est le respect, ou la ponctualité, ou l’honnêteté, ou la bienveillance, ou encore autre chose…
Notez les mots qui vous viendront à l’esprit pour chaque moment auquel vous aurez repensé. Ce sont des valeurs auxquelles vous êtes attaché, et vous pouvez décider de vivre plus en accord avec ces valeurs, de refuser les situations qui ne respectent pas ces valeurs. Et là encore, votre niveau de stress en sera grandement diminué.

Et si l’exercice vous semble difficile, faites-vous aider, par exemple par un coach !

Dans un prochain article, nous réfléchirons à tout ce qui est lié à la gestion du temps.

Travailler dans l’incertitude

Je vous invite à lire ici l’article de l’excellent Alain Duluc, que j’ai côtoyé dans une vie professionnelle passée. Son titre : « 13 attitudes à adopter au travail dans une période d’incertitude ».

Certaines propositions de l’article vous paraissent sans doute très concrètes. D’autres vous semblent peut-être plus difficiles à mettre en œuvre au quotidien. Dans les semaines qui viennent, je vous propose d’aller plus loin sur chacune d’entre elles.

Et sans plus tarder : « choisissez de penser positivement ».

L’auteur le dit, c’est une question psychologique. Il me semble que l’on peut retenir plusieurs facteurs pour penser positivement :

Comment j’assume la responsabilité de mes succès ? suis-je plutôt « j’ai eu de la chance », ou bien « quand je me prépare bien, cela fonctionne » ?

Comment je gère mes échecs ? suis-je plutôt « c’est la faute à l’autre (le client, le manager, les procédures, la météo,…) ou bien « comment est-ce que je vais faire mieux la prochaine fois » ?

Comment je manage mon équipe ? suis-je plutôt « droit à l’erreur, bienveillance, initiative » ou bien « seul le résultat compte, blâme, contrôle » ?

Et pour terminer, je vous propose un exercice pratique : chaque soir, notez sur un carnet une (ou plusieurs) choses que vous avez réussies aujourd’hui. Ne cherchez pas de grandes choses, au contraire : dire bonjour à tel collègue, prendre la parole dans une réunion, terminer un dossier à temps…ce sont les réussites du quotidien qui forgent notre façon de penser.

A bientôt pour une autre proposition : « relativisez, concentrez-vous sur l’essentiel »